INTERVIEW

« J’AI COMMENCÉ MON ACTIVITÉ AVEC ENVIRON 300 MILLE FCFA », MOUSTAPHA BAMBA DG DE CARPUB



Titulaire d’un brevet d’étude supérieur en télécommunication (BTS), Moustapha Bamba est le Directeur Général de Carpub.  Une Startup innovatrice qui se charge de faire la publicité des produits de ses clients à l’aide des écrans placés dans les véhicules des transports en commun. « Avec un prix social » selon le Directeur général, la startup s’occupe de la publicité d’environ une dizaine de petites et moyennes entreprises. Interview.

Comment vous êtes  venus  l’idée d’entreprendre dans ce domaine ? Est-ce parce que ce business est plus rentable que les autres ?

Non, pas parce que c’est un business rentable. En réalité, je suis beaucoup passionné de tout ce qui est audiovisuel. Une fois lors d’un voyage à l’intérieur du pays, j’ai constaté la présence d’un écran accroché dans le car. Mais, ce qui m’a le plus impressionné était l’attention que les autres passagers portaient à ce seul écran dans le véhicule et dans le même temps, les vendeurs ambulants dans les véhicules de transport en commun présentaient leurs produits à tour de rôle. Je me suis  dit pourquoi pas faciliter la tâche à ces commerçants en créant une publicité qui passerait sur les écrans des véhicules de transports en commun et c’est comme ça j’ai eu cette idée. Sinon à la base les écrans existaient déjà, mon innovation a été de juste faire en sorte que la publicité puisse passée sur ces écrans.

Pouvez-vous nous donner une idée de votre chiffre d’affaire ?   

Nous n’avons pas un chiffre d’affaire à proprement dit étant donné que nous venons de commencer et nous sommes dans la phase de promotion avec un prix très social de 1000fcfa. C’est à dire à partir de 1000FCFA par jour, vous pouvez avoir une publicité sur l’un de nos écrans dans un seul véhicule en commun. Donc depuis que nous avons commencé, nous avons signé des contrats de six mois avec une dizaine de petites et moyennes entreprises dont nous nous occupons de leur publicité dans nos véhicules partenaires

Dites-nous combien vous avez investi dans ce business pour commencer ?  et les difficultés dont vous faites face ?

En réalité, je ne peux pas dire avec exactitude la somme que j’ai investi dans cette activité étant donné que je n’ai pas noté les dépenses quelque part. Mais la dépense dont je me rappelle est la somme de 250 mille FCFA que m’ont couté mes deux premiers écrans. Cette somme était pratiquement toute mes économies. Donc je peux dire que j’ai commencé avec environ 300 mille FCFA.

Les difficultés auxquelles nous faisons face sont nombreuses. Il y a d’abord la question des impôts. Ils sont trop élevés pour les jeunes que nous sommes. On aurait vraiment préféré que l’Etat puisse permettre aux nouveaux entrepreneurs que nous sommes de pouvoir exercer un temps avant de commencer à payer les impôts. Ce petit moment sans payer les payer pourra nous permettre de faire des économies et faire face aux impôts. En plus de ça, la deuxième difficulté se trouve au niveau de certaines entreprises qui refusent de réfléchir et innover ils attendent les innovations des petites startups comme nous pour faire du   plagiat pur et simple. Et automatiquement étant donné que leurs entreprises ont déjà de la cote, ils deviennent de ce fait des concurrents directs.

Carpub est une initiative personnelle ou collective et comment se passe la collaboration avec les propriétaires des différends véhicules où vous faites passer les publicités ?

C’est une initiative  personnelle. C’est vrai qu’au début lorsque l’idée m’est venue en tête j’en ai parlé à mon cousin. Mais à la base, l’idée vient exclusivement de moi. La collaboration avec les propriétaires des différends véhicules se passe très bien pour un début. Je travaille avec ceux qui veulent travailler avec moi, qui croient en mon projet et veulent aussi m’aider. Et jusque-là, je n’ai pas rencontré de problème avec eux.

L’impôt minimum forfaitaire est passé de 500.000FCFA à 3.000.000FCFA. Quelles est votre réaction ?

Ma réaction est simple, c’est vraiment exagéré surtout pour des jeunes entrepreneurs comme nous. Je pense que l’Etat doit revoir cette somme colossale et penser à nous qui venons de commencer. Car, pour dire vrai, ce sont les impôts surtout la hausse qui tue les jeunes entrepreneurs et ils sont obligés d’abandonner. Imaginez un jeune qui veut lancer nouvellement son entreprise et on lui dit  qu’il doit payer cette somme grosse somme  pour commencer, automatiquement s’il n’est fort, il risque d’abandonner. Donc nous plaidons pour que l’Etat puisse revoit cette somme pour nous aider aussi à entreprendre afin de devenir des responsables de demain comme eux. 

 

Kebson Madinho  

"



Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité